Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > Les juridictions du ressort > Carcassonne > Petit historique du palais de justice de Carcassonne

02 mai 2006

Petit historique du palais de justice de Carcassonne

Le palais de justice de Carcassonne a été  construit de 1849 à 1861. Le chantier a été émaillé de nombreuses difficultés et contretemps en raison d'un terrain instable et humide du fait de la proximité du lit de l'Aude. L'architecte Violet-le-Duc, restaurateur de la Cité médiévale de Carcassonne, a participé aux discussions sur sa construction.

Il s'agit d'une architecture assez "sérielle", de type "néo-grec", à l'instar de très nombreux palais de justice édifiés un peu partout en France au cours du XIXe siècle. Comme à Carcassonne, beaucoup de locaux judiciaires hérités des "présidiaux" d'ancien régime étaient devenu trop exigus ou inadaptés aux profonds changements institutionnels de la Révolution et de l'Empire et ont été remplacés par des bâtiments de style uniforme et sans grandes variations d'effets.

La façade principale est toutefois remarquable en raison de ses six colonnes monumentales monolithes ayant nécessité des moyens spéciaux de charroyage et de levage. L'architecte Champagne, l'un des maîtres d'oeuvre, a bataillé ferme pour imposer cette dépense supplémentaire. Nous devons donc à sa ténacité et à ses convictions d'avoir évité leur tronçonnage en tambours car il fallait "montrer la qualité des carrières"et "avoir des canelures sans joints", "toute autre solution étant absence d'idée de noblesse et faute de goût et de convenance".

Le fronton surmontant les colonnes, auquel a contribué le sculpteur Carcassonnais Nelli, est une représentation allégorique de la justice sans grande originalité. A l'intérieur, dans la magnifique salle d'assises, une plaque rappelle la mémoire du procureur de la République André Morelli, né le 5 juin 1875 à Bastia, Croix-de-guerre 1914-1918, chevalier de la Légion d'honneur (1937), magistrat au tribunal de Carcassonne de 1925 à 1940 et mort en déportation à Dachau le 17 février 1945 pour faits de résistance.

pied de page