Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > Les juridictions du ressort > Montpellier > Montpellier : De nouvelles avancées dans l’aide aux victimes

14 janvier 2013

Montpellier : De nouvelles avancées dans l’aide aux victimes

Le 19 décembre, les chefs de cour, les chefs de juridiction et le directeur de greffe du tribunal de grande instance de MONTPELLIER ont signé avec Madame LEHMANN, présidente de l’Association départementale d’aide aux victimes, ADIAV, ainsi qu’avec Maître TISSEYRE, Bâtonnier de l’ordre des avocats de MONTPELLIER, la convention constitutive du Bureau d’aide aux victimes (B.A.V.) de MONTPELLIER.

bureau d'aide aux victimes

 

Cette convention officialise l’organisation et le fonctionnement du B.A.V., qui a fait l’objet d’une longue phase d’expérimentation afin de rechercher la formule la plus efficace possible. Il est désormais ouvert, dans un local dédié situé à proximité immédiate des salles d’audience correctionnelle, chaque jour de 13 heures 30 à 16 heures 30. Il accueille toute victime d’infraction pénale à la recherche d’écoute, de soutien psychologique, d’informations sur ses droits ou devant être orientée vers les organismes ou professionnels du droit susceptibles de leur venir en aide.

L’originalité de la démarche de création du B.A.V. de MONTPELLIER a tenu à la volonté des acteurs locaux d’associer, dès le départ, le barreau montpelliérain. Celui-ci est en effet investi dans l’aide aux victimes, comme en atteste la création d’un site internet mais aussi d’un numéro vert « avocats SOS victimes » (0805 622 111).

Des liens directs et étroits sont ainsi créés entre le B.A.V. et l’ordre des avocats afin que les avocats puissent orienter vers ce bureau leurs clients nécessitant un soutien en matière administrative ou psychologique. Parallèlement, une ligne directe entre le B.A.V. et l’Ordre des avocats permet la mise en contact rapide des victimes avec un conseil en leur évitant des démarches et déplacements supplémentaires.

Au-delà de la simple mise en place d’un bureau d’aide aux victimes cette convention symbolise l’existence d’une réelle synergie entre la juridiction, une association d’aide aux victimes solidement implantée et les avocats, dont madame le Bâtonnier TISSEYRE a rappelé qu’ils étaient autant les défenseurs des victimes que des auteurs d’infractions.

 

les locaux du bureau d'aide aux victimes

Les locaux du bureau d'aide aux victimes

Le B.A.V. de MONTPELLIER est le second à être implanté dans notre ressort, deux autres bureaux devraient voir le jour en 2013, à NARBONNE et à RODEZ.

signature de la convention constitutive du bureau d'aide aux victimes

 

De g. à d. : le Bâtonnier TISSEYRE, MM. ROBIN, procureur de Montpellier, LEGRAS, procureur général, MARSHALL, premier président, VANHASBROUCK, président du TGI de Montpellier, Mme LEHMANN, présidente de l'ADIAV et M. ROUSSEL directeur de greffe.

Le plus ancien de nos B.A.V. qui fonctionne à PERPIGNAN, depuis maintenant deux ans, à la satisfaction de tous, a franchi une nouvelle étape en 2012. En effet, depuis le mois de mai, les agents du B.A.V de PERPIGNAN agissent de manière coordonnée avec les services du parquet afin d’assurer une meilleure prise en charge des victimes dans toutes les situations d’urgence.

 

des liens étroits et réactifs entre le parquet et le bureau d'aide aux victimes

Liens étroits entre le parquet et le bureau d'aide aux victimes

Concrètement les agents du Bureau d’Aide aux Victimes se rendent, en personne, à raison d’une à deux fois par jour, à la permanence pénale du parquet, afin de se voir communiquer les coordonnées des victimes dans les procédures qui donneront lieu à une audience de comparution immédiate, de comparution par procès verbal ou à une ouverture d’information judiciaire.

Les victimes sont alors accueillies à la permanence du B.A.V. Et font l’objet d’une prise en charge globale (conseils usuels, orientation vers la permanence avocat, le bureau d’aide Juridictionnelle,  un service d’accueil psychologique …)

Signalons que  dans le cadre de ce dispositif, le commissariat de PERPIGNAN a mis à disposition du bureau d’aide aux victimes, un local, afin que les victimes soient accueillies sans même avoir à se déplacer au Tribunal.

En 4 mois (10 mai au 30septembre), 81 victimes ont pu bénéficier de ce nouveau dispositif d’urgence. Ce chiffre est à mettre en perspective avec le chiffre plus global de 397 victimes ayant fait l’objet d’une prise en charge par le B.A.V. au cours de la même période (de mai à septembre 2012).

pied de page